Critics - French

Click to read a concert review and an interview with Tord from citizenjazz.com

Concert review / Sunside Paris - fevrier 2012

About "Restored, Returned"

  • CHOC Jazzman: "[L]e pianiste privilégie la mélodie et recherche une intimité dans laquelle la respiration et le silence ont beaucoup d’importance. Le gospel, la musique d’église nourrissent sa musique et apportent aux morceaux un groove indéniable. Sa quête mélodique va de pair avec un ascétisme qui ajoute de la profondeur aux notes qu’il caresse." (Pierre de Chocoueuse, JazzMagazine)

  • "Eloge de l’espace et de la lenteur. Tout en retenue et en ellipses, les mélodies ont la saveur de berceuses évanescentes ou de blues fragiles. .. Comme une brise passagère sur un lac paisible." (Patrick Labesse, Le Monde)

About "Being There"

  • "Les mélodies se dessinent, limpides, sur un horizon harmonique dégagé utilisant seulement les notes incontournables et le tempo qui s'accorde avec la respiration.  .. Son trio joue de façon très organique, dans une complémentarité absolue, marquée par la subtilité du geste. Dans sa retenue, c'est presque une métaphysique de la vérité du propos musical, où la beauté est plus dans la source intérieur que dans la forme. Une introspection sonore." (Francisco Cruz, Vibrations)

  • "Débarrassées de tout superflu, ses phrases courtes et ramassées vont à l'essentiel. .. un grand disque tranquille." (Jazzman - CHOC)

  • "Ces trois jeunes musiciens venus du Nord récitent une leçon bien apprise et parfaitement exécutée." (Robert Latxague, Jazz Magazine)

  • "C'est certainement un album à écouter en toute sérénité, en évitant de se poser trop de questions mais simplement en se laissant envahir par la douceur et le tempo délicat de l'ensemble des morceaux, en profitant du moment présent." (Piano Bleu)

  • "Limpides mais jamais banales, les mélodies névralgiques de Being There fendent le coeur pour y faire pénétrer cette vérité : c'est la, dans ces zones intermédiaires où tous nos repères et nos sens vacillent, que palpitent les musiques les plus libres de ce temps." (Richard Robert, Les Inrockuptibles)

  • "C'est dans la nuance, dans la couleur des instants, dans la vibration des notes que résident tout à la fois son porjet, et la réalité de ses interprétations, subtile distillation où perle un sens du sacré, de l'hymne, de la ferveur qui, loin des clichés empruntés une religiosité toute extérieure, atteint immédiatement au coeur même de cette 'révélation plus haute que tote sagesse' dont Beethoven faisait l'essence même de la musique.  .. une métaphysique musicale." (Classica-Repertoire, France)

  • "Being There constitue une sorte d'aboutissement d'une démarche esthétique basée sur le refus de la virtuosité gratuite, au profit d'un son d'ensemble d'une remarquable profondeur, sublimé par les subtiles réverbérations de la prise de son. Faussement minimaliste, parfois même diablement groovy .. cette musique éminemment lyrique et harmonieuse, jouée 'au fond de la note' par trois complices en totale symbiose, est un régal." (La Liberté, Switzerland)

  • "le jazz que prodigue ce trio aussi fin et cohérent qu’EST ou le Brad Mehldau Trio, est un bonheur pur. .. Cette slow motion music va lentement sa cadance, mais avec grâce et majestuosité." (M-la-Musique - tout le text)

About "The Ground"

  • "Douze pièces comme autant d'hymnes à la lenteur, qui vous laissent dans un état d'abandon troublant. De réceptivité, aussi. Il arrive aisni que le terme 'ballade' dépasse le nom d'une forme pour révéler tout son sens. Celui d'une pensée ondulante, d'une pulsation implicite, des yeoux overst sur l'intérieur, de la nonchalance du vague à l'âme, de l'intensité des microévénements. .. L'art consommé du 'less is more'." (Jazzman - CHOC - tout le text)

  • "un jeu plein de flamme, d'une discète noblesse, quie nous promet sans l'ombre d'une doute de beaux lendemains." (Vibrations - tout le text)

  • "le pianiste norvégien publie un somptueux deuxième album où il confirme de main de maître son jeu délicat et sensible reposant sur un sens aigu de la mélodie. .. Un album digne de figurer en bonne place au milieu des figures tutélaires du pianiste : Bill Evans et Keith Jarrett." (La Gazette)

  • "Un pur joyau ! .. des lignes mélodiques d'une extrême suavité. Avec maturité il sublime et transcende les emprunts à Keith Jarrett pour donner le meilleur de lui-même. A écouter et réentendre sans lassitude." (Le Progrès)

  • "L'éloge de la lenteur. Soutenu par une batterie et une contrebasse extraordinaires de précision sur ces tempor alanguis, le jeune pianiste norvégien déroule ses improvisation climatiques, saturées de blues et de gospel, sans déroger à son exigence absolue de limpidité et d'expressivité." (La Liberté, Switzerland) 

  • "Souvent délicates, ses mélodies oniriques sont un hymne à la lentur. Elles testent le vide, s'étirent, se transforment, trouvent leur force dans les interventions magiques de Vespestad (architecte de l'improbable) et dans le soutien solide de Johnsen, le tout avec un souci de la respiration et de l'esthétisme qui confine à la sorcellerie. Cet album ne joue pas la provocation, mais nécessite néanmoins de nombreuses écoutes avant de se révéler." (Pianiste)

  • "un album de toute beauté, où le romantisme est au zénith. Ce pianiste possède un don incroyable pour délivrer une dimension mélodique intense et, en même temps, offrir une formation expérimentale très libre dans son expression. Un très grand disque que l'on peut écouter sans cesse." (A Vaulx Jazz)

  • "Le renouvau du jazz passe par la Scandinavie. ..une musique atmosphérique et mélancolique, où le swing se métamorphose volontiers en un doux balancement feutré. .. Emouvant." (Tribune de Genève, Switzerland)

  • "Encore mieux que le premier disque du Tord Gustavsen Trio 'Changing place' dont on retrouve tous les bons ingrédients : la splendide ligne mélodique, le romantisme, le lyrisme et l'incroyable douceur du toucher du pianiste Tord Gustavsen, mais avec une sonorité encore plus belle, plus aérienne, plus caressante. ... Une musique à méditer sans réserve !" (Piano Bleu -- pianobleu.com

  • "C'est le genre de disque qui réconcilie beaucoup de monde autour du jazz: mélodieux, feutré, mais pas mièvre, le nouvel album du pianiste Tord Gustavsen .. confirme tout le bien que l'on pensait déjà de son prédécesseur. Le même trio, la même option quasi uniquement en tempo très lent, la même importance donnée au son, à l'espace. Et si on peut dire que Tord Gustavsen a quelques racines chez Keith Jarrett, son bassiste Harald Johnsen ressemble parfois mimétiquement à Charlie Haden. Tous publics au bon sens du terme." (rtbf.be - Belgique)

  • "Dans l'écriture comme dans l'improvisation, le trio montre sa cohésion dans le dialogue triangulaire .. attaché à la mélodie et à la maîtrise de l'architecture dans le temps. Pas de solos mais des écarts pointillistes, tandis que plane une ambiance tenant du sacré. Une musique ralentie, proche du silence, dont la simplicité conjugue lyrisme et retenue, et qui apaise sans endormir." (Midi Libre)

  • ".. musique d’un lyrisme intense, à la retenue singulière, avec parfois des traces de gospel, une musique qui s’écoutait et qu’on a écoutée moult fois, moments rares aujourd’hui… On remarque cependant une plus grande détermination dans les orientations esthétiques ainsi qu’une rigueur plus affichée que dans le précédent disque, ainsi qu’une volonté plus affirmée de clarté mélodique, de vive émotion sans transgression, ressentie délicieusement comme une caresse, une troublante lascivité, une preuve de sensualité et d’abandon total grâce notamment à ce toucher particulièrement dilué, presque liquide. .. Il aura fallu peu de temps à ce jeune artiste pour devenir l’un des pianistes les plus remarquables et remarqués de sa génération. A écouter (surtout) un soir de tempête que ce soit dehors ou dans votre tête pour apaiser et contenter le corps, l’âme ou l’esprit. Un remède… magique." (Sitartmag.com - tout le text)

  • "La musique flotte dans la dentelle, la délicatesse à mi-chemin du classique et du jazz, marquée par la touche d'eglise de Gustavsen. Un véritable bonheur." (A nous Paris - * * * * *)

  • "Avec 'The Ground', Tord Gustavsen et son trio poursuivent un travail sur la transparence, les volumes, la suggestion. Leurs ballades s’étirent avec délectation dans la lenteur, faisant vibrer les émotions les plus intimes. Peut-être est-il encore un peu tôt pour déjà faire des bilans. Pourtant nous tenons, sans aucun doute, l’un des disques de l’année 2005." (indiepoprock.net - tout le text)

About "Changing Places"

  • "Une heure de sensualité pure. En compagnie du contrebassiste Harald Johnsen et du batteur Jarle Vespestad, le pianiste et compositeur (et quel mélodiste !) Tord Gustavsen frappe un coup de maître. Une sensibilité à fleur d’ivoire, un toucher d’une indicible douceur… Et pas une once de mièvrerie. Un sens du rythme, aussi puissant que subtil. Un groove intense mais à mi-voix, un chant ample mais lèvres closes…Dans Graceful Touch, Where Breathing Starts, Deep As Love, ou Song of Yearning, ils sont les rois mages du sentiment retrouvé." (JazzMan - Choc - tout le text)  

  • "Ce pianiste norvégien a un toucher, une sensibilité, qui le place du côté des grands romantiques" (Vibrations)

  • "Révélation ! une sensualité extrême et paradoxale : un très subtil mélange d'impudeur des sentiments et de retenue de leur expression." (Virgin Megapresse)

  • "Limpide, élégant, leste. .. Rigueur d'un phrasé souple sans facilités et diapré de surprises. .. Un lyrisme langoureux, patte personnelle qui explore en sous-main des registres érudits — latins notamment —, entente moelleuse des musiciens. Si bar il y a, c'est au paradis que l'a trouvé le trio du pianiste norvégien." (24 Heures, Switzerland)

  • "Plus calme, tu meurs! ... son propre art du trio tout en profondeur et en sensibilité. Portées par la rythmique à la fois puissante et légère de Jarle Vespestad, et d'Harald Johnsen, contrebassiste élégamment basique, les mélodies atmosphériques de Gustavsen enchanteront l'auditeur qui apprécie les vertus méditatives et tranquillisantes du jazz nordique." (La Liberté)

  • "Le jeune pianiste norvégien raconte des histoires tranquilles et palpitantes sans jamais en dire trop ni trop peu. Son jeu est ramassé vers l'essentiel. Les phrases sont claires, le discours mélodique respire et nous plonge dans une atmosphère pénétrente au charme poétique et sensuel particulier. À découvrir sans attendre." (Le Generaliste)

  • "Tord Gustavsen Trio ou la grâce venue du minimalisme. Tord Gustavsen Trio ou l'extase pour une simple mélodie de piano, la redécouverte d'atmosphères coconneuses, dirigées par un toucher fragile mais majestueux d'un Tord Gustavsen inspiré de tous le instants, accompagné de musiciens discrets mais précieux. Souvent lent mais jamais soporifique, Changing places plonge l'auditeur dans un univers sous-marin où chaque mouvement est grâce mais sauvage, jamais prévisible ou calculé, monuments même de magie sur certains titres, ce premier album du trio nordique offre un très grand moment de piano-jazz, maîtrise instrumentale impressionante et beauté continuelle à l'appui." (chez.com)

  • "Un équilibre proche de la perfection, incroyable dosages musicaux dans lesquels le toucher du pianiste est égal aux pincements des cordes de la contrebasse, elle-même naturellement proportionnelle aux frappes aériennes du batteur.
    Arrêtons là les mathématiques et plongeons tête la première dans cette musique imaginative et libre, qui évolue dans un cadre prédéfini : l’intimité feutrée.
    Le tour de force de cet album, c’est l’osmose incroyable entre les différents genres, jazz, classique, latino et l’esthétique choisie, qui réussit à créer une illusion parfaite. N’en doutons pas, c’est la marque indubitable de fortes personnalités, à découvrir de toute urgence !" (La médiathèque, Belgique)

  • "Ce norvégien pourrait bien avoir signé l'album le plus intimiste, aérien et enchanteur de l'année ... un jeu d'une délicatesse absolue. Compositions sensuelles, décontraction, sens mélodique : état de grâce ou apesanteur, 'Changing Places' a ce quelque chose qui fait les grands disques." (Chronic Art)